Les aires d’autoroutes du futur, c’est-à-dire?

AireAutorouteFutJe voulais savoir comment ces aires de repos nouvelles génération s’articuleront avec la mobilité à l’avenir. La réponse tient en trois mots: tourisme, covoiturage et transport.

-Des aires d’autoroutes de qualités son nécessaires pour éviter d’avoir des idées préconcues dû a un endroit concentré en « baraki » (sic.), elle sont bonnes pour l’image de la Wallonie et donc pour le tourisme
-Bientôt, les aires de Bierges et Waremme seront renouvelées, respectivement en 2017 et 2018.
-Recensement des potentialités de parking de covoiturage et développement future d’une application.
-Partenariats établis, par exemple avec des magasins comme Décathlon pour créer des zones de covoiturage.
-Encore des moyens financiers à la SOFICO pour améliorer encore nos aires d’autoroutes.
-Plus de places pour les poids lourds.
L’ensemble de l’échange ci-dessous.

Mme la Présidente. – L’ordre du jour appelle la question orale de Mme Durenne à M. Prévot, Ministre des Travaux publics, de la Santé, de l’Action sociale et du Patrimoine, sur « les aires de repos ». La parole est à Mme Durenne pour poser sa question.

Mme Durenne (MR). – Je souhaite tout d’abord à tout le monde une excellente année 2015. Monsieur le Ministre annonçait dans la presse que la nouvelle aire de repos de Verlaine était « exemplative de ce que la Wallonie veut développer ».

Monsieur le Ministre peut-il expliciter cette annonce ?

Combien d’aires de repos sont concernées par ce type de modernisation ?

Combien l’ont déjà été ? Verlaine est-elle la première de ce genre à voir le jour en Wallonie ?

Va-t-on voir se généraliser la pose de bornes électriques et les parkings dédiés au covoiturage notamment ?

Quelle place pour les poids lourds de manière générale ?

De manière générale comment jugez-vous l’état de nos aires de repos aujourd’hui, au regard de la volonté de votre prédécesseur de vouloir les « tirer vers le haut » ?

En tout, quel budget sera encore nécessaire pour la modernisation des aires de repos visées ?

Je vous remercie beaucoup, Monsieur le Ministre, pour votre réponse.

Mme la Présidente. – La parole est à M. le Ministre pour sa réponse.

Prévot, Ministre des Travaux publics, de la Santé, de l’Action sociale et du Patrimoine. – Madame la Députée, il est vrai que l’aire de repos de Verlaine a été complètement rénovée. Vous l’avez vu dans la presse. Cela lui permet vraiment d’être un exemple à plus d’un titre. Je vais m’en expliquer.

L’aire a été particulièrement pensée, notamment pour les poids lourds, avec plus de 230 emplacements qui leur ont été consacrés. L’installation aussi de 23 caméras de surveillance, pour une meilleure sécurité puisque l’on sait que c’est une des craintes de celles et ceux qui sont chauffeurs poids lourds, lorsqu’ils doivent stationner, passer la nuit, à un endroit ou un autre.

C’est une aire qui se veut également pratique puisqu’en plus des places réservées aux poids lourds, un grand nombre de places a été aménagé pour les voitures, les caravanes, les cars, mais également les motards. Un parking de covoiturage de 60 places dans le sens Liège-Namur a également été prévu.

L’aspect convivial n’a pas été négligé pour autant, puisqu’il y a des zones de repos, de pique-nique, de jeux et de végétations qui ont été réalisées. Les magasins, ouverts 24 heures sur 24, permettent aussi de se restaurer, d’acheter, de se laver, d’avoir des premiers soins. Bref, toute une série d’éléments positifs auxquels j’ajouterai que la dépense énergétique elle-même a été soignée, puisque la réfection des infrastructures a bien entendu tenu compte des dernières innovations en la matière. Il y a même des bornes qui permettent de charger les véhicules électriques. C’est une aire que je vous invite à visiter si l’occasion se fait de jour.

Je profite d’ailleurs de l’opportunité pour rappeler qu’avoir des aires autoroutières de qualité et surtout propres – je vais y revenir – est un élément important. Pour beaucoup de touristes, cela constituera, durant leur traversée, peut-être le seul point de contact qu’ils auront avec la Wallonie. Cela façonnera l’image qu’ils en auront également.

Nous-mêmes, nous sommes, à nos heures perdues – vraiment très perdues – des touristes. Il nous arrive aussi, lorsque nous devons traverser la France, la Suisse ou ailleurs, d’avoir des idées préconçues, dès lors que l’on arrive à un endroit où on a le sentiment qu’il y a plus une concentration de « barakis » que réellement une attention particulière à la propreté.

Globalement, la majorité des aires autoroutières concédées a été renouvelée. Citons notamment Lichtenbusch, Esch en Refail, Thieu, Barchon, SaintGhislain et donc Verlaine également. Les aires de Bierges et de Waremme seront également renouvelées en 2017 et 2018.

Concernant le déploiement d’infrastructures pour les carburants de substitution – électricité, mais aussi gaz naturel et hydrogène – les États doivent respecter une directive européenne en la matière, approuvée le 29 septembre dernier. Un groupe de travail, réunissant tous les acteurs publics concernés, a été chargé dernièrement de définir la contribution qui serait nécessaire de la Région wallonne.

En matière de covoiturage – vous savez que c’est une thématique sur laquelle je travaille avec mon collègue Di Antonio – le SPW effectue actuellement un travail de recensement des potentialités de parking de covoiturage aux entrées et aux sorties d’autoroutes. Il y a d’ailleurs des espaces de covoiturage improvisé, au fil des années, qui se sont faits à proximité des ouvrages. Parfois, donner un coup de macadam ou autre ne ferait pas de tort, pour éviter que ce ne soit simplement de la boue perpétuelle. Encore faut-il alors s’assurer que le terrain concerné est bien propriété du SPW. C’est un autre aspect.

Lorsque ce recensement sera effectué, des emplacements seront progressivement aménagés par signalisation et des marquages particuliers. Ceux-ci seront également renseignés sur divers sites internet. Le ministre Di Antonio travaille actuellement au déploiement d’une application. La création d’emplacements de parking de covoiturage sur les aires doit être étudiée au cas par cas, avec une capacité selon que l’on soit dans une démarche partenariale ou non, de pouvoir étendre les espaces de covoiturage.

Un exemple ici, au Décathlon à Loyers. Ils ont accepté qu’une partie de leur parking puisse aussi être utilisé comme aire de covoiturage. Il y a, à la sortie d’autoroutes, une série d’endroits de grandes surfaces ou autres, qui pourraient également jouer le jeu. Il n’y a pas toujours saturation de leur parking, comme on le connaît un jour comme le samedi, dès lors que tout le monde fait ses courses.

Quant aux poids lourds, un effort important de création de places a déjà été réalisé sous la précédente législature. Il y a plus de 500 places, de mémoire, qui ont vu le jour. Nous allons continuer à être attentifs avec, notamment en cette période de plan hiver, des zones de délestage particulières pour les poids lourds, pour éviter d’encombrer les autoroutes, le cas échéant. Nous n’allons donc pas oublier les convois lors des prochaines années et, notamment, des réfections d’aires d’autoroutes à venir.

De manière générale, les aires concédées font régulièrement l’objet de visites de la part du SPW et de la SOFICO, afin d’assurer le respect des conditions de la concession. Sur les aires non concédées, l’accent est mis sur la propreté, malgré une part d’incivisme rencontré par certains usagers.

Mes services s’emploient donc à bien maintenir et à surveiller l’état rencontré sur nos aires. Il y a actuellement un gros travail de réhabilitation des aires d’autoroutes qui a déjà pu être réalisé. Mais il y a encore des moyens budgétaires du côté de la SOFICO qui vont permettre de continuer à moderniser ces aires de repos. On verra à ce qu’ils soient utilisés à bon escient.

Mme la Présidente. – La parole est à Mme Durenne.

Mme Durenne (MR). – Merci, Monsieur le Ministre, pour cette réponse complète.

Je suis heureuse d’apprendre qu’il y a encore des moyens budgétaires et que les prochaines aires renouvelées seront Bierges et Waremme, puisque les autres – vous venez de les citer – l’ont déjà été.

Concernant les poids lourds, on a de plus en plus de camions. Il fallait donc leur accorder une place importante. Avec l’aménagement du canal Seine-Escaut – puisque l’on veut augmenter le gabarit pour les bateaux – on aura peut-être à ce moment-là – on a déjà eu des discussions – un peu moins de poids lourds. On verra.

Il était important de leur accorder une place. Une chose sur laquelle j’ai été fort sensible, c’est la propreté. Vous en avez parlé. Lorsque l’on arrive dans une aire de repos, l’image que l’on a directement, c’est la propreté. Pour m’être déjà arrêtée dans certaines aires de repos, certaines sont, pour moi, très négligées à ce point de vue-là.

Je suis très heureuse d’entendre toutes les actions qui seront mises en œuvre, notamment en matière de covoiturage, avec éventuellement des partenariats, tout cela avec une information pour tous les citoyens via le site internet.