Statut complet pour les accueillantes d’enfants

accueillanteLa Ministre de l’Enfance, Joelle Milquet, avait annoncé avoir quelques avancées après Pâques et comme prévu, je l’ai réinterrogée concernant le statut complet pour les accueillantes d’enfants. Il en ressort que… ça avance, lentement. Des contacts ont été pris avec le Fédéral qui a montré sa volonté d’avancer dans ce dossier. Les groupes de travail ont été créés et la prochaine rencontre se fera également avec la Communauté Flamande.

Précédente intervention ici.

Retrouvez l’échange complet ci-dessous.

Question de Mme Véronique Durenne à Mme Joëlle Milquet, vice-présidente et ministre de l’Éducation, de la Culture et de l’Enfance, intitulée «Création d’un statut complet pour les accueillantes d’enfants» Mme Véronique Durenne (MR). – Madame la Ministre, je vous interrogeais au mois de mars sur le statut des accueillantes d’enfants, toujours inexistant à ce jour. Vous faisiez alors part de votre détermination à établir toute une série de contacts afin d’avancer dans ce dossier et m’aviez invitée à revenir vers vous après Pâques, ce que je fais aujourd’hui.

Ma question est simple et inchangée: quand les accueillantes d’enfants pourront-elles bénéficier d’un statut complet? À l’époque, vous parliez de neutralité budgétaire pour les communes.

Pouvez-vous expliquer le mécanisme sous-jacent? Que ressort-il des contacts que vous avez eus avec l’Union des villes et communes de Wallonie à ce sujet? Une rencontre avec Kris Peeters avait dé- bouché sur la volonté de créer très rapidement un groupe technique pour répondre à la question. Aujourd’hui, qu’en est-il? Ce groupe a-t-il vu le jour? Quelles sont les personnes qui le constituent? Avec quel objectif de temps?

Mme Joëlle Milquet, vice-présidente et ministre de l’Éducation, de la Culture et de l’Enfance. – J’ai rencontré Kris Peeters. Il est très ouvert à l’idée d’un statut, mais veut aussi travailler de conserve avec la Communauté flamande.

C’est pourquoi nous avons fixé une date pour une rencontre avec les représentants de la Communauté flamande qui met en place un projet pilote en 2015 et 2016. Ce projet concerne un groupe cible d’accueillantes qui bénéficient des avantages du statut complet. Nous pourrons ainsi profiter de cette expérience et en tirer toutes les conclusions.

Jo Vandeurzen participera à une prochaine réunion. Nous pourrons par la suite établir un calendrier en fonction de la volonté de l’autorité fédérale. S’il devait s’avérer impossible d’avancer ensemble, nous pourrions toujours suivre l’une des pistes alternatives que nous avons envisagées pour les années à venir.

Mme Véronique Durenne (MR). – Donc, à ce jour, si je comprends bien, les groupes de travail ne sont pas encore constitués.

Mme Joëlle Milquet, vice-présidente et ministre de l’Éducation, de la Culture et de l’Enfance. – Si, ils se sont déjà vus, mais les rencontres n’ont jusqu’à présent concerné que l’autorité fédérale et nous. Nous voulions en effet d’abord sonder la volonté fédérale de trouver une solution commune. Cette volonté existe.

Le ministre Peeters souhaite également associer la Communauté flamande à la réflexion. Le prochain rendez-vous réunira donc le pouvoir fédéral, la Communauté flamande et la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Mme Véronique Durenne (MR). – Je comprends que vous vouliez travailler en concertation avec la Communauté flamande. Le débat a lieu depuis de nombreuses années déjà. Ce statut des accueillantes est tout à fait légitime et justifié.

Les accueillantes sont de moins en moins nombreuses et il est donc indispensable de soutenir le secteur, tant pour les parents que pour les enfants. Je vais vous laisser un peu de temps pour poursuivre le travail avec vos collègues et je vous interrogerai à nouveau dans quelques semaines pour voir comment le dossier aura évolué.