Internet dans les maisons de repos, pas pour tout de suite…

Accès internetInternet dans les maisons de repos, ça n’est pas pour tout de suite. Bien que quelques changements interviennent, ils sont relativement lents malgré la demande de plus en plus importante d’aînés qui souhaitent pouvoir se connecter pour garder un regard et un contact vers l’extérieur.

Néanmoins, nous ne disposons pas encore de chiffres concrets pour juger la chose et attendons ceux-ci avec impatience. J’ai rappelé au Ministre que la demande va aller croissante dans le futur et qu’il faut commencer dès maintenant à équiper les MR et MRS en matière d’internet accessible à tous. D’autant plus que le Plan Marshall 4.0 met l’accent sur le numérique, il s’agit de ne pas laisser les aînés sur le coté.

La totalité de l’échange ci-dessous.

QUESTION ORALE DE MME DURENNE À M. PRÉVOT, MINISTRE DES TRAVAUX PUBLICS, DE LA SANTÉ, DE L’ACTION SOCIALE ET DU PATRIMOINE, SUR « L’INTERNET DANS LES MAISONS DE REPOS ET DE SOINS »

Mme la Présidente. – L’ordre du jour appelle la question orale de Mme Durenne à M. Prévot, Ministre des Travaux publics, de la Santé, de l’Action sociale et du Patrimoine, sur « l’Internet dans les maisons de repos et de soins ». La parole est à Mme Durenne pour poser sa question.

Mme Durenne (MR). – Monsieur le Ministre, le Gouvernement wallon a lancé le plan Marshall 4.0 focalisé sur le numérique et les nouvelles technologies. Il importe que celui-ci ne laisse personne au bord du chemin et inclue l’ensemble de la population, y compris les plus âgés. Dans une Wallonie axée sur le numérique qui se veut ouverte sur le monde, chaque secteur doit pouvoir bénéficier des mêmes principes.

Ainsi, alors que le numérique intègre les écoles, les entreprises, les foyers, à une vitesse fulgurante, les maisons de repos et de soins devraient suivre la même logique. Une étude de la Fondation Roi Baudouin, réalisée en 2012, montre que 21 % des personnes âgées utilisent Internet, soit un senior sur cinq et ce chiffre est en augmentation chaque année, car le nombre de seniors de plus de 65 ans augmente chaque année.

De plus en plus, des seniors familiarisés lors de leur vie professionnelle à l’usage informatique vont poursuivre un usage des services du web de manière régulière dans leur vie privée. Aujourd’hui, de plus en plus, les contacts des ainés passent par le web. L’intégration d’Internet dans les maisons de repos et de soins doit dès lors aller de soi, au même titre qu’un accès individuel au téléphone ou au câble. D’ailleurs, les MR et MRS offrent de plus en plus d’accès à Internet mais, aux dires des concernés, c’est-à- dire de certains seniors, cela n’est pas suffisant.

La ministre Tillieux avançait, en 2011, que : « L’arrêté du Gouvernement wallon du 15 octobre 2009 portant exécution du décret du 30 avril relatif à l’hébergement et à l’accueil des personnes âgées prévoit l’obligation de mettre à disposition, dans un des lieux de vie commune, un ordinateur permettant l’envoi et la réception de messages par voie électronique et l’accès à Internet, et ce, tant dans les maisons de repos et de soins que dans les résidences services. »

Si un ordinateur paraissait suffisant en 2009, cela paraîtra dérisoire dans un horizon proche et au regard du nouveau plan Marshall, peu ambitieux. De plus, une seule connexion n’est pas de nature à encourager l’usage de l’ordinateur qui est, rappelons-le, aussi un formidable moyen de rester en contact avec l’extérieur. Quelle est actuellement la situation ?

Tous les établissements sont-ils connectés à raison d’au moins un ordinateur ? Des formations régulières sont-elles octroyées, dans les MR et MRS, pour permettre aux ainés de se familiariser avec cet outil ?

Une personne référente est-elle nommée au sein de chaque établissement ? Certains aînés prônent la mise en place d’un accès individuel dans les chambres. La mise à disposition de réseaux WiFi dans les homes ne résoudrait-elle pas ce problème ?

Existe-t-il des établissements qui ont avancé en la matière ? Si oui, combien ? Si non, quelles en sont les raisons ? En matière de connexion au web des MR et MRS, comment voyez-vous l’avenir proche ?

Mme la Présidente. – La parole est à M. le Ministre Prévot.

M. Prévot, Ministre des Travaux publics, de la Santé, de l’Action sociale et du Patrimoine. – Madame la Députée, j’ai le plaisir de vous faire savoir que si dans une maison de repos, l’accompagnement humain des résidents est la responsabilité première des gestionnaires, il nous semble évident de ne pas négliger l’importance de l’ouverture sur l’extérieur qui passe de nos jours, en plus de la télévision et de la radio, par l’ordinateur et Internet.

Internet offre de grandes possibilités d’interactivité et permet souvent le développement des relations intergénérationnelles. Nos aînés peuvent, de la sorte, profiter du plaisir de s’informer, de se divertir, de s’ouvrir au monde entier, mais surtout, et c’est le souhait premier des résidents, de communiquer avec leurs proches, et ce, quelle que soit la localisation de ces derniers aux quatre coins du globe. Malgré tout, on constate toujours que le défi est lourd à relever.

Face à cette nouvelle technologie de l’information et de la communication, nos aînés ont souvent une réaction craintive vu le développement récent de ces techniques. C’est donc en suscitant leur curiosité naturelle et leur volonté de communiquer que l’on pourra relever ce nouveau défi.

Si cela peut se faire grâce à l’entourage familial, les petits-enfants « écolant » leurs grandsparents, cela doit passer aussi, on le constate sur le terrain, par un accompagnement et une aide appropriés. Il convient dès lors de sensibiliser au mieux les gestionnaires à l’utilisation d’Internet par leurs résidents.

Si des réticences restent de mise, les Inspecteurs de la Direction des Aînés constatent au quotidien qu’elles s’estompent de plus en plus. Les gestionnaires, depuis cette obligation de mise à disposition d’ordinateurs, prennent conscience de l’importance pour leurs résidents de pouvoir utiliser Internet.

Néanmoins, il ne faut pas s’en cacher, certains responsables de petites structures continuent à s’inquiéter des dérives et des responsabilités que pourrait occasionner une utilisation non contrôlée du Net. La problématique de l’accès par des tiers – membres du personnel, familles, proches – au matériel informatique est également évoquée. Il ressort des rapports d’inspection qu’il s’agit généralement de gestionnaires qui eux-mêmes ne sont pas encore passés à une gestion informatisée de leurs maisons.

En conclusion, les maisons de repos sont quasi toutes équipées d’au moins un ordinateur. De plus en plus de maisons de repos proposent le WiFi pour l’ensemble des résidents et certains gestionnaires acquièrent dans le même temps du mobilier ergonomique, afin notamment de permettre aux personnes en fauteuil roulant de profiter des installations. Je pourrai d’ici peu, via les informations récoltées au travers du rapport bisannuel qui est en cours, vous fournir des chiffres plus précis sur ce sujet.

Mme la Présidente. – La parole est à Mme Durenne.

Mme Durenne (MR). – Merci beaucoup, Monsieur le Ministre. Comme on le sait, Internet aujourd’hui, c’est vraiment le moyen de communication vers l’extérieur.

Peut-être que les demandes ne sont pas importantes aujourd’hui, mais d’ici 10 à 15 ans, on va retrouver des personnes qui ont peut-être 50, 60, 70 ans aujourd’hui, qui se retrouveront dans les maisons de repos.

D’où l’importance de ces connexions Internet et le WiFi installé dans les chambres. J’étais venue avec cette question parce que c’est en allant à la rencontre des aînés qui m’ont fait part de leur demande d’installation au niveau des maisons de repos. Je suis contente si vous pouviez, par la suite, me faire parvenir les chiffres plus précis sur le nombre de maisons de repos équipés. Je vous remercie beaucoup, Monsieur le Ministre.