31 décembre 2015, et après?

AWIPHONEL’AWIPH et l’ONE collaborent pour un ensemble de projets spécifiques relatifs à l’intégration de l’enfant handicapé dans la société.

Actuellement 170 enfants sont concernés mais j’ai voulu savoir sur l’après 31 décembre 2015, la réponse est plutôt floue…

Bientôt 170 enfants hors système? 
Lors d’une précédente question concernant l’accueil d’enfants en situation de handicap, le Ministre avait mis en avant certains éléments sur lesquels je désirerai revenir afin d’avoir de plus amples information notamment quant à l’avenir des huit services qui ont bénéficié d’une reconnaissance et d’un financement dans le cadre d’un projet d’initiative spécifique financé par l’AWIPH en collaboration avec l’ONE. Vous évoquiez alors une reconnaissance qui durait jusque décembre 2015.

Qu’en sera-t-il après décembre 2015, ce projet d’initiative sera-t-il reconduit ? Sous quelle forme ? Des contacts ont-ils déjà été établis à ce sujet ?

D’autres part, le Ministre évoquait qu’effectivement un projet d’arrêté serait « prochainement soumis au gouvernement wallon » concernant justement des « des manquements, des besoins non rencontrés, comme la question des loisirs et de l’accueil extrascolaire » qui avait été remarqué lors de la mise en œuvre pratique des diverses initiatives d’accueil de l’enfance. Qu’en est-il ? Où en est ce projet d’arrêté, quand celui-ci aboutira-t-il ? Dans quelle mesure la Fédération Wallonie-Bruxelles/l’ONE doivent être impliqué dans ce projet d’arrêté ? Comment ce projet d’arrêté entend-il régler ces différents manquements ? Avec quels outils, nouveaux ou existants ?

Mme la Présidente. – La parole est à M. le Ministre Prévot.

M. Prévot, Ministre des Travaux publics, de la Santé, de l’Action sociale et du Patrimoine. – Madame la Députée, en effet, en 2010, huit services ont bénéficié d’une reconnaissance et d’un financement dans le cadre d’un projet d’initiative spécifique financé par l’AWIPH et en collaboration avec l’ONE. Cette reconnaissance court jusque décembre 2015.
Ces services s’adressent actuellement aux professionnels des milieux d’accueil, futurs professionnels des milieux d’accueil et au réseau, en vue de favoriser et d’impulser la réalisation et la continuité des démarches d’inclusion d’enfants en situation de handicap au sein de milieux d’accueil ou d’opérateurs de l’accueil. Ce soutien à l’inclusion peut s’effectuer selon différentes modalités : échanges avec l’équipe des milieux d’accueil sur les représentations sociales du handicap ; préparation de l’équipe à l’arrivée d’un enfant ayant des besoins spécifiques ; accompagnement des équipes quant aux difficultés que le handicap peut soulever, aux représentations qu’il suscite, et cetera ; mise en place d’un renfort si la situation le nécessite. Ces projets favorisent davantage une réflexion globale et intégrée quant à l’accueil de chacun et de tous les enfants, mais ne sont pas là pour répondre aux demandes de prise en charge d’un enfant en particulier.

Le public cible des actions menées par les projets spécifiques concerne les professionnels de l’accueil qui ont besoin d’un accompagnement pour mieux accueillir un enfant en situation de handicap. Sur base des rapports d’activités des services, on peut constater que le nombre d’enfants « intégrés » est maintenant stabilisé et tourne aux alentours de 170 enfants.

Les bénéfices apportés par les projets, qui s’articulent en toute complémentarité avec les services présents autour de l’enfant en situation de handicap et de sa famille et les professionnels de l’ONE, sont multiples : – être aiguillé, aidé, conseillé en termes de jeux, d’adaptation de l’environnement, mais aussi de comportement adapté à l’enfant et à ses spécificités ; – diminution de la peur, réassurance et augmentation du sentiment de compétence ; – importance de l’écoute et d’avoir quelqu’un sur qui compter en cas de besoin et de questionnement ; – aide à la prise de distance « émotionnelle », possibilité de prendre des temps de réflexion en équipe ; – facilitation de la communication avec les parents et soutien indirect des parents eux-mêmes ; – globalement, permettre un accueil plus serein de l’enfant différent dans un groupe d’enfants « tout-venant ».

La mise en place de cette initiative spécifique a également mis en exergue des manquements, des besoins non rencontrés, comme la question des loisirs et de l’accueil extrascolaire. C’est pourquoi le projet d’arrêté qui sera prochainement soumis au Gouvernement wallon prévoira, notamment, un élargissement du public cible aux 3-12 ans.

En parallèle du suivi des projets, qui se fait en collaboration entre les deux administrations, un protocole d’accord, à portée plus générale, entre l’AWIPH et l’ONE a été officiellement conclu en juin 2010. Des collaborations fructueuses se sont ainsi engagées et poursuivies soit dans des projets d’initiatives spécifiques, soit dans des projets de recherche en commun, soit dans des colloques et des journées d’étude. Les bénéfices de cette collaboration sont évidents, que ce soit pour les agents, pour les structures qu’ils accompagnent, mais surtout pour les familles, grâce à une amélioration de l’offre de service. Pour l’ONE, il s’agit de mieux saisir les questions liées au handicap, de soutenir et former les agents et d’offrir un accueil de qualité à tous.

Pour l’AWIPH, il s’agit de mieux connaître les partenaires existants, viser une meilleure collaboration et compréhension entre les différents acteurs qui est l’un des moteurs forts de cette coopération. Les différents axes définis dans le protocole de collaboration et les actions pratiques qui en découlent, contribuent fortement au rapprochement des deux administrations et favorisent ainsi l’inclusion des enfants en situation de handicap dans les milieux d’accueil de l’ONE. Il apparaît donc clairement que cette coopération doit se poursuivre et que, riches de l’expérience engrangée, d’autres initiatives verront le jour pour améliorer le tissage du réseau pour l’accompagnement de ces jeunes enfants en situation de handicap.

Mme la Présidente. – La parole est à Mme Durenne.

Mme Durenne (MR). – Merci, Monsieur le Ministre, pour votre réponse complète. J’insisterai tout particulièrement, comme vous venez de le dire, sur le fait qu’il faut absolument une coopération entre l’ONE et l’AWIPH. Il faut renforcer les synergies. Même s’il y a déjà beaucoup de choses qui ont été faites pour l’accueil des enfants porteurs d’un handicap, il faut aller de l’avant et, comme je l’ai dit, renforcer ces synergies. J’ai été interpellée par des parents qui ont un petit garçon autiste. Effectivement, cela pose le problème de l’accueil extrascolaire. C’est un créneau que nous devons travailler, parce que l’on ne se rend pas toujours compte des difficultés que rencontrent ces parents-là. Ils ont également le droit de pouvoir s’épanouir en travaillant ou, tout simplement, en soufflant un peu aussi. Je vous assure que c’est un très gros problème. Si mes renseignements sont bons, mais je dois approfondir, il y a deux structures existantes : une du côté de Nivelles et une du côté de Mouscron. C’est un créneau et une piste que nous devons travailler pour permettre à ces parents l’accueil de leurs enfants.