Radars tronçons, ça arrive…

radarD’abord prévus au courant de l’année 2016, les radars tronçons destinés à réduire la vitesse sur certains axes ne sont attendus que vers la fin 2016 voire 2017 sur nos routes. Le Ministre s’en est expliqué suite à l’une de mes questions orales en Commission.

Pour rappel, un radar tronçons permet de calculer la vitesse d’une voiture sur une longue distance.

Retrouvez l’échange complet ci-dessous. 

QUESTION ORALE DE MME DURENNE A M. PRÉVOT, MINISTRE DES TRAVAUX PUBLICS, DE LA SANTÉ, DE L’ACTION SOCIALE ET DU PATRIMOINE, SUR « LES RADARS TRONÇON »

Mme la Présidente. – L’ordre du jour appelle la question orale de Mme Durenne à M. Prévot, Ministre des Travaux publics, de la Santé, de l’Action sociale et du Patrimoine, sur « les radars tronçon ». La parole est à Mme Durenne pour poser sa question.

Mme Durenne (MR). – Monsieur le Ministre vous annonciez en juin 2015, l’arrivée prochaine de radars tronçons et plus particulièrement pour cette année 2016.

Donc, ce type de radar et de votre aveu même, Monsieur le Ministre, mieux perçu et moins contestable par les usagers, ce qui les rend plus efficaces que les radars ponctuels.

La procédure avait été lancée tant au niveau de la préparation des marchés que de la sélection des sites. La sécurité routière, on le sait, doit être une de nos priorités à tous et il est évident que de tels dispositifs peuvent sensibiliser les gens, sinon les forcer à lever le pied.

Monsieur le Ministre pouvez-vous m’indiquer où en est la procédure. Quand se terminera-t-elle ? Avons-nous déjà une date sur la mise en place effective de ces radars ? Pouvez-vous me préciser si des sites sont déjà connus pour accueillir ces radars ?

Mme la Présidente. – La parole est à M. le Ministre Prévot.

M. Prévot, Ministre des Travaux publics, de la Santé, de l’Action sociale et du Patrimoine. – Madame la Députée, en juin, j’avais effectivement annoncé que j’avais demandé à mon administration de lancer un appel d’offres pour les radars tronçons, pour fin 2015 et une implantation à partir de 2016.

Pour plusieurs raisons, dont je vais vous faire l’économie du détail, ce marché n’a pas encore été lancé. Outre les moyens du service en charge de ce type de marché, il y a aussi des raisons techniques, je souhaite que le cahier des charges tienne compte des nouveautés technologiques.

En effet, ma volonté naturellement, est d’utiliser les technologies les plus récentes, pour autant qu’elles soient fiables et éprouvées afin d’œuvrer à l’amélioration de la sécurité routière.

C’est également là un point délicat, car l’homologation des systèmes prend beaucoup de temps, plusieurs mois pour constituer le dossier et encore trois ou quatre mois pour l’analyse et l’approbation du matériel. C’est vrai pour les radars tronçons, mais aussi pour les radars fixes. L’implantation effective sera dès lors d’avantage pour fin 2016 voire 2017 que pour les mois qui viennent.

Enfin, afin d’augmenter les contrôles de vitesse, des alternatives sont en préparation telles que l’utilisation provisoire des radars de l’avant-dernière génération, ou la location de radars de type chantier qui pourraient être utilisés ailleurs que sur chantier.

Mme la Présidente. – La parole est à Mme Durenne.

Mme Durenne (MR). – Merci, Monsieur le Ministre. J’entends bien que le marché n’est pas lancé, mais votre volonté est d’utiliser les nouvelles techniques donc je reviendrai vers vous un peu plus tard.

Simplement, c’était la volonté du Gouvernement wallon ainsi que notre volonté de diminuer le nombre de tués sur nos routes, bien sûr. Tout cela doit passer par des politiques de prévention, de sensibilisation, de contrôle, mais aussi de sanction. Donc, je reviendrai un peu plus tard vers vous. Je vous remercie beaucoup.